« Une fois que le changement social commence, on ne peut plus l’inverser. Vous ne pouvez pas “dé-éduquer” la personne qui a appris à lire. Vous ne pouvez pas humilier la personne qui se sent fière. Vous ne pouvez pas opprimer les peuples qui n’ont plus peur. Nous avons vu le futur et il nous appartient. »
— César Chávez

CÉSAR CHAVEZ (1927−1993)

Fermier d’origine mexico-américaine, dirigeant syndical et militant des droits civiques, César Chávez a obtenu, grâce à ses actions, de meilleures conditions de vie pour les ouvriers agricoles.

 

Né dans la ferme familiale près de Yuma, en Arizona, Chávez a été témoin des conditions de travail difficiles endurées par les ouvriers agricoles. Il était habituel que les ouvriers soient exploités par leurs employeurs ; très souvent, ils n’avaient pas de salaire ; en échange de leur travail, ils étaient logés dans des taudis, sans installations sanitaires et médicales. S’ils ne s’unissaient pas, ils n’avaient aucune possibilité d’améliorer leurs conditions de vie.

 

Chávez a changé cela en consacrant sa vie à faire reconnaître les droits des ouvriers agricoles. Il leur a insufflé la force et le courage de se défendre et il les a réunis en une association nationale des ouvriers agricoles, la « National Farm Workers Association », qui est devenue plus tard la « United Farm Workers »(syndicat des ouvriers agricoles). Organisant des manifestations, des grèves et des boycotts, Chávez a fini par obliger les employeurs à accorder des salaires convenables ainsi que d’autres avantages et a été à l’origine de la législation introduisant la première convention collective pour les ouvriers agricoles.

 

Chávez a reçu à titre posthume la Médaille présidentielle de la liberté (la plus haute décoration civile aux États-Unis), en récompense de son engagement au service de la justice sociale et de son dévouement infatigable à l’amélioration des conditions de vie des hommes et femmes de son pays.