Rechercher
  • Nicolas

Les jeunes souhaitent une véritable application des droits humains


Conférence sur les droits de l'Homme

Copenhagen, 8 et 9 octobre 2021


"Quand j'étais à l'école au Japon, il y avait du respect entre les enfants. Lorsque j’ai déménagé en Allemagne, c'était la première fois que je faisais l'expérience de l'intimidation à l'école. Je veux faire quelque chose à ce sujet." - Setha, 16 ans


Des jeunes militants des droits de l'homme de 12 pays européens se sont réunis à Copenhague les 8 et 9 octobre 2021 pour une conférence sur les droits de l'homme organisée par Youth for Human Rights Danemark. La conférence était centrée sur les droits de l'enfant et les jeunes ont été informés des problèmes de discrimination, de racisme et d'obstacles à l'éducation par des défenseurs des droits de l'homme expérimentés ainsi que par des jeunes qui travaillent dans le cadre d’actions de sensibilisation aux droits de l'homme dans toute l'Europe. Ils ont également appris à trouver des idées pour surmonter ces problèmes.


La présidente, fondatrice de Youth for Human Rights International, Mary Shuttleworth, a accueilli le public en expliquant que l'objectif de Youth for Human Rights est d'enseigner aux jeunes les droits de l'homme, en particulier la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations unies. Elle a ajouté : "Youth for Human Rights International fait exactement cela pour inspirer les jeunes à devenir des défenseurs de la tolérance et de la paix."


Le speaker suivant, avocate et fondatrice de la société She for She, Mary Consolate Namagambe, a raconté comment c'était de venir au Danemark depuis l'Ouganda à l'âge de 9 ans et que cela n’avait pas été facile de trouver sa voie dans une culture totalement différente. Mais le temps lui a appris à utiliser son expérience pour défendre ses droits et l'une de ses recommandations pour créer une meilleure compréhension entre les gens était la suivante : "Chacun devrait avoir le droit de définir qui il est, n'est-ce pas là la liberté d'expression ? Nous devons faire face à nos propres préjugés."


Tim Jensen, professeur associé d'histoire des religions à la Southern Danish University, a donné son point de vue sur la manière dont il travaille scientifiquement à la compréhension des religions et sur la manière dont une éducation religieuse de qualité et diversifiée peut prévenir les préjugés. C'est pourquoi il insiste sur un enseignement large et neutre de la religion dans les écoles. Il a déclaré : "L'éducation religieuse basée sur une étude scientifique des religions pourrait aboutir à une promotion des droits de l'homme et de la liberté de religion."


Une autre intervenante, Saiqa Razi, fondatrice d'EQRO, Non-formal Digital Schools, a centré son discours sur l'importance d'une bonne éducation, non seulement sur le droit à l'éducation mais aussi sur le droit à l'égalité d'éducation. Elle travaille au Pakistan et au Danemark à l'amélioration de la qualité des infrastructures éducatives et de l'éducation en tant que telle et a emmené l'auditoire à travers un voyage descriptif en images dans les deux pays. Elle a conclu : "Pour moi, le bonheur est un droit fondamental et je travaille dans ce sens, car si les enfants sont heureux et vivent de bonnes expériences pendant leur enfance, ils deviendront de meilleurs êtres humains plus tard. Si, grâce à l'égalité du droit à l'éducation, vous plantez les graines de l'amour et de l'attention, vous n'aurez plus envie de nuire, de discriminer ou de haïr à l'âge adulte."


L'avocate suédoise et militante des droits de l'homme, Nafiye Bedirhanaglu, a également raconté son histoire personnelle : elle a grandi dans un petit village du Kurdistan, avant que sa famille ne doive s’enfuir pour aller en Suède à l'âge de 10 ans. C'est là que, poussée par son père, elle a saisi l'occasion de recevoir une éducation formelle, ce qui a été déterminant pour son avenir. Première de sa famille, elle a fait des études de droit et possède aujourd'hui son propre cabinet d'avocats, ce qui aurait été impensable si elle était restée au village. Elle n'a cessé de souligner l'importance de l'éducation et a terminé en disant : "Le monde est un endroit magnifique et je pense simplement que nous devons nous efforcer de le rendre encore plus beau en le transformant en un lieu où les droits de l'homme existent."


L'éducation était également au centre de la présentation du directeur de Youth for Human Rights Denmark, Gregory Christensen. Il a passé en revue le travail effectué au Danemark depuis 15 ans par l'association, où l'éducation aux droits de l'homme pour les jeunes a été le point central des activités. Il a présenté les matériaux pédagogiques de Youth for Human Rights et a expliqué à quel point une éducation de qualité aux droits de l'homme est nécessaire, puisque 44% des écoliers danois ne connaissent pas un seul droit de l'homme. "Au Danemark, les enseignants sont tenus d'enseigner la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations unies. Avec ce matériel, nous aidons les enseignants en leur donnant quelque chose avec lequel ils peuvent facilement montrer les 30 droits de l'homme aux jeunes. Grâce à notre travail, nous avons atteint jusqu'à présent environ 30 % de toutes les écoles primaires du Danemark. Et notre ambition est de les atteindre toutes".


La représentante de YHR Suisse lors de cette conférence, Valentine Douady s’est exprimée.

Elle a expliqué l’importance d’être sur le terrain et de communiquer avec la population. « Nous organisons régulièrement des stands d’information où nous distribuons notre brochure: « Les droits de l’homme, qu’est-ce que c’est ?» et nous promouvons le cours en ligne sur le sujet des droits de l’homme. Je souhaite que chaque citoyen ait en main cette brochure. Comme d’autres pays, la Suisse est confrontée à une importante hausse de violence domestique.

On enregistre une tentative d’homicide chaque semaine et une personne meurt toutes les deux semaines, dont parfois des enfants! L’Art. 5 pas de torture est clair! Nous avons lancé une campagne d’information! Enseigner, faire connaître et assurer l’application des 30 articles apportera un changement très important dans notre société!


Bashy Quraishy, militant de longue date des droits de l'homme et porte-parole des minorités du Réseau européen contre le racisme, a partagé son point de vue sur la façon dont les systèmes sociaux danois traitent les questions relatives au retrait des enfants des familles immigrées. Il a expliqué comment les droits de l'enfant ne sont pas toujours respectés et quelles conséquences cela peut avoir : "J'espère qu'une société humaniste et démocratique comme le Danemark sera à la hauteur de ses propres responsabilités et respectera les conventions des Nations unies sur les droits de l'enfant."

Une performance incroyable de la musicienne Luna Ersahim a donné une dimension supplémentaire à l'événement. Dans le cadre de sa performance, elle a raconté que faire de la musique était devenu sa façon d'être exactement qui elle est. S'adressant au public, elle a déclaré : "Je vous admire tous tellement pour avoir défendu les droits de l'homme. Vous faites en sorte que les gens se sentent bien, qu'ils se sentent inclus et valorisés. Merci pour cela !"


La conférence s'est poursuivie le lendemain pour les 35 délégués venus de toute l'Europe, où ils ont participé à trois ateliers sur la qualité de l'éducation aux droits de l'homme et à une manifestation de rue pour sensibiliser le public.


À la fin des deux jours, les délégués ont élaboré des plans pour développer les activités d'éducation aux droits de l'homme, une fois de retour dans leurs pays respectifs, et ils ont formé un réseau pour continuer à s'inspirer mutuellement et à échanger des idées à l'avenir. Ils ont tous convenu que ce type de conférence devrait être organisé à nouveau à l'avenir.

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout